Favoriser le développement social, culturel et économique de Saint-Blaise [NE]
à travers l'utilisation d'Internet, notamment en donnant la parole aux habitants

gens d'ici + associations + entreprises + évènements + lieux + région + documents
dernières nouvelles du village + agenda + en couverture + nouveautés du site

... gens d'ici ...

Josiane Schwab, épicière


"Depuis tout petite, j'avais toujours rêvé de tenir un magasin et mon rêve s'est réalisé quand on m'a proposé de reprendre cette épicerie. J'avais vingt-deux ans. Pour moi, ce travail est une vocation. Je veux faire plaisir aux gens, et être bien avec tout le monde."

"Dans le temps, il y avait au moins cinq magasins dans le haut de Saint-Blaise: un vers la croisée, une boucherie, une boulangerie, cette épicerie-ci et une mercerie plus haut. [Voir plan] Il y avait même un monsieur qui vendait des légumes de son jardin devant sa maison juste à côté de la boucherie. Quand j'ai repris cette épicerie, il y a 28 ans, la mercerie et celui de la croisée avaient fermé."

"Au départ, mon mari n'était pas très d'accord que je prenne le magasin, mes parents non plus. Et puis finalement, j'ai eu gain de cause. Si ce magasin avait été plus beau, plus neuf, cela m'aurait arrangé. On a dû changer toutes les étagères à la fin de la première année, mais rénover complètement n'était pas possible."

"C'était un peu difficile au début parce que j'avais été vendeuse dans un magasin de disques aupravant. Comme je n'avais pas l'habitude d'un magasin d'alimentation, j'ai fait des commandes trop grandes et j'ai eu peur de ne pas pouvoir honorer mes factures. J'ai dû téléphoner à mon grossiste pour repousser les paiements et j'ai pu me rattraper comme ça."

"Comme j'habitais à Hauterive, je ne connaissais personne à Saint-Blaise. Mais j'ai eu beaucoup de chance parce que, comme j'étais sympa, on m'a toute suite fait confiance."

"Je me souviens d'un client qui était très pénible au début. Chaque fois qu'il rentrait dans le magasin, il me demandait toujours quelque chose que je n'avais pas. Je tremblais de peur. Je me suis dit "… il va de nouveau me demander des choses que je n'ai pas." Cela arrivait très fréquemment. Et puis un jour je me suis dit "… il est comme moi…" et ça m'a passé."

Josiane Schwab, juillet 2000

créée le 11 juillet 2000 - modifiée le Mar 18 déc 2001