Favoriser le développement social, culturel et économique de Saint-Blaise [NE]
à travers l'utilisation d'Internet, notamment en donnant la parole aux habitants

gens d'ici + associations + entreprises + évènements + lieux + région + documents
en couverture + nouveautés + saint-blaise.net + ateliers + projets + compétences


... atelier écriture...
L'interview suivante a été réalisée lors du cours d'écriture organisé au sein de Saint-Blaise.Net entre mai et juin 2001. Le cours s'intitulait "Faire et mettre en forme une interview". Lire les autres interviews.

Connaître l'histoire de la maison où j'habite

Qu'est-ce qui t'incite à vouloir savoir plus sur la maison où tu habites ?

C'est une manière de la personnaliser, de savoir ce qui s'y est passé, de lui donner une âme. Au début ce sont des murs, et puis, petit à petit en y vivant on y met sa propre âme. Et en plus, il y a l'histoire. J'aimerais savoir ce qu'il y a eu avant. Son nom m'intrigue: La Châtellenie. C'est lié à un châtelain. J'aimerais savoir pourquoi.

J'ai découvert en faisant des recherches historiques sur des crèches quand j'étais à Genève, qu'il y a une richesse dans les documents. On retrouve beaucoup quand on cherche. Ce n'est pas seulement des photos ou des murs, il y a toutes les perceptions de l'époque que l'on a oubliée.

Est-ce que tu as l'impression que ces perceptions modifient le présent une fois que tu les connais?

Ah oui. Je pense qu'on voit les choses autrement après.

De quelle manière?

Lors des transformations récentes, on a enlevé toute une partie de cette maison en vidant l'intérieur. Si l'intérieur était encore le même, on dirait en se promenant "... ça, c'était la salle à manger..." Des époques se superposent. Ce salon était une salle à manger auparavant. Et avant ça, je ne sais pas ce qu'il était. C'est comme si l'histoire faisait un mille-feuille, et l'on se trouve en haut. Quand la maison a beaucoup été modifiée, c'est plus difficile. C'est pourquoi le jardin m'intrigue; il n'a pas été touché. Il ne s'agit pas de le reconstituer mais d'en faire sortir des souvenirs.

Quel sentiment cela te procure de plonger dans ce "mille-feuilles" au présent?

C'est un peu un sentiment d'être un maillon de la chaîne. Il y a eu quelque chose avant moi, et il y aura quelque chose après moi. Je suis là, mais je ne suis pas la fin du monde.

Appartenance?

Oui. On peut le voir comme ça. Une appartenance à une histoire. Ça se trouve que maintenant la maison est comme ça et que je vis dedans mais ce n'était pas comme cela avant et ce ne sera pas comme ça après.

Comment vas-tu procéder pour creuser cette histoire?

J'irai à tâtons, en cherchant des sources à la Mairie et aux archives cantonales. Il y aura peut-être des photos, des textes, des procès verbaux, des actes de ventes. Et puis, il y a aussi des personnes du village qui ont certaines connaissances.

Et une fois que tu as cette perception élargie de l'histoire de cet endroit, auras-tu envie de la partager avec d'autres? Ou est-ce seulement pour toi?

Non. Ce n'est pas que pour moi. J'aurais envie de le partager avec mes enfants. Qu'ils sachent ce que j'ai appris. J'aurais envie de le partager avec mes voisins. D'ailleurs, j'ai fait des photocopies de deux ou trois articles sur la maison et je les ai donné aux nouveaux habitants de la maison pour qu'ils sachent aussi. J'ai envie de le dire plus loin. De faire savoir.

Interview d'Huguette McCluskey par Alan McCluskey
Réalisée dans le cadre du cours sur l'écriture.



Envoyez-nous vos commentaires et vos suggestions.
Devenir membre ou inscrivez-vous pour être tenu au courant
gens d'ici + associations + entreprises + évènements + lieux + région + documents
en couverture + nouveautés + saint-blaise.net + ateliers + projets + compétences

créée le 14 mai 2001 - modifiée le 14 mai 2001